Accueil Actualité Loi biodiversité adoptée au Sénat, le Groupe écologiste a voté contre un texte sans ambition

Loi biodiversité adoptée au Sénat, le Groupe écologiste a voté contre un texte sans ambition

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Communiqué de presse
 
12 juillet 2016
Dernière lecture de la loi Biodiversité au Sénat :
 
Le groupe écologiste refuse de voter un texte ayant perdu son ambition.
 
Deux ans et quatre mois se seront écoulés entre la présentation du projet de loi sur la biodiversité en
conseil des ministres, son examen en dernière lecture ce lundi au Sénat, et sa probable adoption
définitive par l’Assemblée nationale la semaine prochaine.

Pour Ronan Dantec, Sénateur de Loire Atlantique et Chef de file pour le groupe écologiste : “ C’est très long et cela dit clairement la
difficulté à trouver des accords sur l’enjeu de protection de la biodiversité et de l’environnement, qui de
plus en plus représente un des grands clivages politiques, autour de perceptions culturelles et de priorités
économiques différentes ”.

Une nouvelle fois, la droite sénatoriale a montré que la protection de l’environnement n’est pas une
priorité pour elle, en adoptant un texte de loi qui n’est pas à la hauteur des enjeux, dans lequel ont été
supprimées les exigences de “zéro perte nette” et les obligations liées à la compensation des atteintes à
la biodiversité affaiblies. Pour Ronan Dantec, “ce texte porte la marque de lobbys relayés par la droite
sénatoriale qui refusent toute évolution de leurs activités vers un plus grand respect de
l’environnement et de la santé . ”

Malgré les demandes répétées de la société civile de mettre fin à l’utilisation des pesticides
néonicotinoïdes (forts d’un soutien sans faille de quelques parlementaires), ces derniers ont encore de
belles années devant eux, et ce malgré les dégâts irréversibles avérés qu’ils infligent à l’environnement
et à la santé. Si le compromis trouvé entre les deux chambres acte leur interdiction à terme, Joël Labbé,
Sénateur du Morbihan, espère que les mécanismes de substitution des néonicotinoïdes seront
efficaces et rapides. “ C’est essentiel pour la santé des agriculteurs, de l'environnement, et de notre
économie. C'est l'aboutissement de plus de deux ans de lutte au Parlement. Je regrette les délais, mais il
faut savoir admettre les compromis”.

L’amendement écologiste qui visait à supprimer l’avantage concurrentiel de l’huile de palme par rapport
aux autres huiles a été rejeté. “On cède de façon inconsidérée à des lobbys économiques pour des
résultats ravageurs : destruction de milliers d’hectares de forêt et de cultures vivrières, spoliation des
populations locales au profit de multinationales. L’avantage concurrentiel incite à utiliser toujours plus
d’huile de palme dans des milliers de produits alimentaires, au détriment de la santé et de la
production locale. C’est proprement scandaleux ” dénonce Aline Archimbaud, Sénatrice de
Seine Saint Denis.

Cette ultime lecture devant le Sénat n’aura pas permis de trouver des points de consensus avec
l’Assemblée nationale qui repartira de son texte pour une adoption définitive le 19 juillet. Comme le fait
remarquer Hervé Poher, sénateur du Pas de Calais, “Bien que le texte de l’Assemblée soit un peu
alambiqué, en particulier sur certains sujets comme l’huile de palme, il reste plus ambitieux que celui qui
sort du Sénat”.

Le groupe écologiste du Sénat n’a pas souhaité s’associer à ce texte en recul sur ses ambitions et a
décidé de voter contre.