Accueil Actualité Choc de simplification des entreprises, Joël Labbé : Il convient aussi d’adapter les normes aux différentes tailles d’entreprise, en particulier dans le domaine de l’agroalimentaire

Choc de simplification des entreprises, Joël Labbé : Il convient aussi d’adapter les normes aux différentes tailles d’entreprise, en particulier dans le domaine de l’agroalimentaire

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Monsieur le président,
monsieur le secrétaire d'État,
mes chers collègues,

la simplification administrative est une question récurrente dans notre pays : la lourdeur de notre administration est souvent moquée, parfois avec raison. Pourtant, ce n'est pas tant l'efficacité de l'administration qui est en cause que les nouvelles procédures qui s'accumulent sans que l'on se préoccupe suffisamment de leur cohérence ni de la suppression des plus anciennes.

Nous avons tenté d'y remédier dès 2013, en créant le Conseil national d'évaluation des normes, chargé de simplifier les normes applicables aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics. Malheureusement, la saisine de cet organisme est encore trop complexe ; une proposition de loi visant à la simplifier est d'ailleurs encore en cours de navette…

Dans une perspective de démocratie numérique, qui est une nouvelle forme de démocratie directe, le site participatif « faire simple » permet aux citoyens et aux acteurs économiques d'adresser des propositions au Gouvernement dans le domaine de la simplification. Il a déjà recueilli plus de 4 000 contributions et compte plus de 19 000 inscrits. Ces démarches participatives et contributives nous tiennent à cœur, à nous écologistes. Nous saluons donc les avancées de la démarche de gouvernement ouvert.

En ce qui concerne le silence de l'administration, le principe selon lequel il vaut désormais accord, inscrit dans la loi du 12 novembre 2013 habilitant le Gouvernement à simplifier les relations entre l'administration et les citoyens concerne deux tiers des procédures administratives. Entré en vigueur le 12 novembre 2014 pour les services de l'État, il permet aux entreprises et aux citoyens de considérer leur requête comme acceptée si l'administration ne leur répond pas dans un délai de deux mois, avec toutefois la réserve soulevée par notre collègue Dominique Watrin touchant aux moyens humains nécessaires aux services de l'État.

Pour ce qui est des processus de simplification concernant directement les entreprises, le site simplification. modernisation.gouv.fr en recense plus de trois cents, dans des domaines aussi divers que les procédures de création, les échanges avec l'administration, l'emploi, la formation et l'apprentissage, mais aussi la transmission des entreprises et les obligation comptables, sociales et fiscales.

Quant au dernier « train », comme dit Jean-Vincent Placé, secrétaire d'État chargé de la simplification, des 415 mesures de simplification, il doit permettre aux entreprises d'économiser plus de 5 milliards d'euros en 2017. Ce sera donc un gain d'attractivité et de compétitivité considérable.

Je tiens à aborder le compte de prévention pénibilité, véritable bonne mesure pour les salariés. Sa création était nécessaire, mais elle a provoqué une levée de boucliers parmi les petites entreprises, notamment artisanales. Il fallait en simplifier l'application, ce qui a été fait, notamment par sa fusion au sein du compte personnel d'activité, après le report de son entrée en vigueur. La possibilité de se référer aux accords collectifs de branche étendus ou au référentiel professionnel de branche homologué est un axe qui doit être encouragé. Dans ce domaine, nous pouvons saluer les efforts d'écoute réalisés par l'État en vue d'une véritable simplification.

Reste qu'il est nécessaire d'avancer encore. Ainsi, les PME doivent bénéficier d'un accès encore plus facile aux marchés publics. L'effort entamé dans ce domaine doit être poursuivi, car les PME, qui représentent 99 % de notre tissu économique, n'obtiennent que 58 % des marchés publics en volume et 30 % seulement en valeur.

Il convient aussi d'adapter les normes aux différentes tailles d'entreprise, en particulier dans le domaine de l'agroalimentaire : les mêmes normes s'appliquent aux petits ateliers de transformation et aux grandes usines de l'agroalimentaire ! Nous avons déjà abondamment débattu et nous débattrons encore de la reterritorialisation de l'alimentation, car c'est un processus qui ne s'arrêtera pas et que nous, politiques, avons le devoir d'encourager. Or l'ancrage territorial de l'alimentation implique la construction de filières courtes d'abattage et de transformation, et donc une adaptation des normes à des ateliers de petite taille.

Il en va de même dans le secteur de la petite restauration collective, qui ne doit pas être soumise aux mêmes normes que la « cuisine-usine » de l'agroalimentaire. De façon générale, l'adaptation des normes est dans l'intérêt de nos concitoyens, de nos entreprises et de nos territoires.
Nous, écologistes, estimons que la France est en bonne voie de simplification, même si, parce que nous partons de loin, il reste beaucoup à faire en matière d'efficacité administrative, chemin qui devra être parcouru sans que les principes fondamentaux et les nécessaires contrôles sur les entreprises soient remis en cause. Espérons que, au cours de la prochaine législature, le travail entamé sera poursuivi dans le même esprit ! (Applaudissements sur les travées du groupe écologiste, du groupe socialiste et républicain et du RDSE.)
 
- Seul le prononcé fait foi -
 

Simplification_entreprises_Joël_Labbé_23_02_2017 par EcoloSenat
 
Cliquez ici pour l'intégralité du débat en vidéo